skip to Main Content
Éléments de base de l’équipement de plongée
Masque

C’est l’un des équipements les plus basiques et il est disponible dans de nombreuses variantes, de type mono ou bi-hublot. Un bon ajustement sur le visage, un champ de vision satisfaisant et des matériaux de construction optimaux sont les considérations primordiales que le plongeur doit prendre en compte. Au-delà de ces aspects, le choix est une question de goût et de possibilité économique.

Palmes

Ce sont des ailerons flexibles, légers et confortables, offrant davantage de flexibilité et de rapidité au plongeur. Elles sont disponibles en deux types : ouvertes et fermées. En plongée autonome, les palmes à bout ouvert sont préférables car elles permettent davantage de mouvements, une meilleure protection thermique grâce à l’utilisation du bottillon et une protection contre les chocs lors de la préparation de la plongée. La flexibilité des ailerons varie en fonction de leur matériau de fabrication.

Tuba

Matériel permettant de scruter le fond sans avoir à reprendre sa respiration en surface. Il existe de nombreux types de tubas qui diffèrent par leur conception et les matériaux utilisés pour leur construction. Ce que le plongeur doit sérieusement prendre en considération est la taille du tube, qui ne doit pas dépasser 42 cm, la présence d’une bande réfléchissante sur la partie supérieure du tube, lui permettant d’être visible à distance, un embout buccal souple qui ménage vos gencives et vos dents ainsi qu’une sangle spéciale pour le maintenir en place.

Couteau de plongée

L’un des éléments les plus importants pour la sécurité du plongeur. Ici, le couteau n’est pas considéré comme une arme, mais comme un outil très utile dans les fonds marins, permettant au plongeur, pour parer à toute entrave, de couper une corde ou des filets, ou même de compter de petits objets au fond. De plus, en le percutant sur sa bouteille, il lui est possible d’attirer l’attention de son/ses coéquipier(s).

Régulateur de flottabilité (BCD)

L’équipement le plus important permettant au plongeur d’ajuster sa flottabilité à volonté en augmentant son volume. Le régulateur de flottabilité peut être rempli mécaniquement, à partir d’un régulateur basse pression ou par la bouche. Il est muni de soupapes de décharge rapides et lentes. Il est disponible dans le commerce sous forme de col, de sac à dos et de gilet. Ces derniers offrent la meilleure sécurité et le meilleur équilibre possible pour le plongeur autonome lors de sa progression vers la surface, sans entraver ses mouvements, et bénéficient d’une nette préférence chez les plongeurs ces dernières années.

Détendeur de plongée

Il s’agit du mécanisme qui réduit la pression absolue de la bouteille à une valeur telle que l’air contenu dans la bouteille peut être respiré. On distingue deux stades, a) et b), offrant des expulsions d’air à haute et à basse pression pouvant être utilisées pour le remplissage du BCD, lors du stade b) et par les instruments de contrôle. Les détendeurs peuvent être équilibrés ou non équilibrés. Les premiers sont en mesure de fournir à pression constante tout l’air de la bouteille, tandis que les derniers présentent une pression réduite et, par conséquent, une résistance accrue à l’inspiration à mesure que la pression de la bouteille diminue.

Ceinture de lestage

À l’instar du régulateur de flottabilité, la ceinture de lestage est un mécanisme de contrôle de la flottabilité pour le plongeur. Les caractéristiques importantes de la ceinture sont la présence d’une boucle à relâchement rapide, de mécanismes de retenue du lest et d’une répartition appropriée du lest afin d’éviter une surcharge sur le bas du dos (en particulier pour les femmes) et d’éviter tout entremêlage avec la bouteille ou le régulateur de flottabilité.

Combinaison de plongée

Elle offre une protection thermique au plongeur, ainsi qu’une protection contre les chocs et les coupures susceptibles d’être causées par un contact avec le fond marin. Les combinaisons se distinguent en deux types : humide ou sèche. Le type humide est largement répandu pour la plongée de loisir. Le type sec est le plus utilisé pour les plongées spécialisées dans des conditions de température extrêmes et des exigences de sécurité élevées. Quant aux combinaisons de type humide, elles bénéficient de diverses conceptions, permettant de satisfaire les besoins divers du plongeur. (monoshort, intégrale, avec ou sans cagoule, de type long john, bottillons, chaussettes, gants, etc.).

Bouteille de plongée

C’est un conteneur de capacité variable, qui permet de transporter en toute sécurité de l’air sous haute pression. Toutes les bouteilles sont façonnées et dimensionnées en fonction de leur type et de leur usine de fabrication. Les bouteilles les plus courantes sont les bouteilles de 10, 12, 15 et 18 litres (l). Elles sont remplies d’air atmosphérique à une pression de 200 à 300 ATM et leur matériau de construction est l’acier au chrome-molybdène ou un alliage d’aluminium. En raison de la pression constante subie par les bouteilles, leurs spécifications de fabrication sont déterminées par des organismes gouvernementaux.

Consoles de plongée

Ce sont des étuis de formes variées, contenant tous les instruments nécessaires permettant au plongeur de surveiller la profondeur de la plongée (profondimètre), la pression de la bouteille et donc ses réserves en air (manomètre) et son orientation sous l’eau (boussole). Elles peuvent également comprendre un thermomètre intégré permettant de surveiller la température. Tous les instruments ci-dessus, contenus dans les consoles de contrôle habituelles sont analogiques, c’est-à-dire qu’ils sont dotés d’une fonction mécanique et fournissent un ensemble d’informations satisfaisant permettant au plongeur de demeurer dans les limites de son programme de plongée. Les progrès technologiques a toutefois permis le calcul électronique de tous les paramètres d’une plongée au moyen d’ordinateurs de plongée. Bien que les ordinateurs de plongée deviennent de plus en plus fiables, toutefois, à l’instar des instruments analogiques, ils ne se substituent pas à la physiologie réelle du plongeur. Soyez donc prudent et appréciez les limites de ses possibilités.

Back To Top